terminal-media.fr
icon icon facebook icon icon icon icon
cross

 
rss
 
SERVICES

Projet sur compact-disque interactif : CYBERFLY "1994"

Sommaire
1) Description du concept
2) Intéractivité
2.1) Système de navigation
2.2) Arborescence du programme
3) Marketing
3.1) Cyberculture et médias
3.2) Les cibles
3.3) Une vision à l'international
3.4) Stratégie marketing de distribution
4) Aspects techniques
4.1) Eléments constituant le disque
4.2) Identification des ressources
5) Forfait des droits
6) La synergie des compétences
6.1) Les partenaires
6.2) Atohm
6.5) La société de traductions
6.6) La société de prestation informatique
7) Equipe de production et de réalisation
8) Estimation du budget pour produit CD-I
8.1) Devis la société de prestation informatique
8.2) Devis de la société de traduction
8.3) Devis Atohm conception 2D
8.4) Devis Atohm conception 3D
9) Contexte de production

1) Description du concept
Ce programme multimédia CD-I est une promenade originale sur les différents courants de la musique Techno-House Européenne. Le terme 'House', désigne l'ensemble des différents courants musicaux : Dance, Techno, Trance, Garage, Ambient, Electro, Progressive,... Ce mouvement trouve ses racines au milieu des années 80 sous l'influence d'artistes culte: Brian Eno, Kraftwerk, Depeche mode..., mais ce n'est qu'au début 90, dans le monde entier que la musique Techno-House et ses dérivés trouve sa véritable notoriété auprès de la jeunesse.
-Cyberfly est une compilation audiovisuelle et interactive sur ces nouvelles musiques, et donne la possibilité aux spectateurs de choisir, d'écouter, de regarder des vidéo-clips, de s'informer sur les groupes et musiciens de la scène Techno-House européenne des années 90, qui marquent leur époque.
Ce produit contient :
- des vidéo clips,
- un visuel fractal
- des fiches d'identités pour découvrir les artistes, et les groupes, comprenant :
- des interviews, et des textes afin de mieux connaître l'univers de ces musiciens informaticiens, leurs discographies, des photos.
- Ce titre multimédia basé sur une idée originale se veut par son concept la découverte d'un phénomène musicale nouveau et international possédant une forte identité audiovisuelle - 'la cyberculture' - basée sur des musiques et des images issues des nouvelles technologies de l'informatique et de l'électronique à forte influence psychédélique.
- La déclinaison en plusieurs titres est parfaitement imaginable dans le cadre d'une collection, mais également sur des sujets similaires avec une approche graphique différente. exemple : le Hard-Rock, les Indies Pop, la vague Punk, les années 70, la New Wave, le Rap... - Ainsi, la mise en page des pages-écrans est entièrement réalisée en image de synthèse en 3D, ce qui donne au design graphique un caractère virtuel et "high tech". Les visuels et les animations sont issues de la même technique et ont pour rôle de dynamiser l'interaction.
- Le choix du Compact Disc interactif s'impose de part l'importance de la vidéo dans le programme et les capacités techniques supérieures nécessaires à son exploitation. Seul le CD-I offre à la fois la qualité des images vidéo (équivalent au S-VHS) la qualité du son (CD Digital Audio 44.1 KhZ) et l'accès interactifs aux différents médias. La stratégie grand public et industriel de la firme Néerlandaise Philips, afin d'imposer son standard favorise à la fois, l'intégration de lecteur CD-I dans les produits bruns (combi TV-CD-I) et les produits beiges (carte CD-I Média) IBM/Philips.
- Ce produit est par vocation destiné à un public international, cinq langues seront ainsi disponibles pour les médias textuels, et le système d'aide à la navigation : anglais, allemand, espagnol, français et japonais.

2) Interactivité
Le contenu du programme est constitué par des pages écran en mode graphiques sur lesquelles sont placées des zones interactives transparentes ou parfois des icônes. Un clic sur une de ces zones entraîne une action mais aussi l'écoute d'un court échantillon de synthétiseur digital.
Hormis la nature, des interactions liés au programme, on peut dire que le type d'interactivité est de niveau A : sélectif (*sur la base des études du Vidéodisc Design/Production Group de l'Université du Nebraska qui les premiers, en 1978 on formalisé le concept de niveau d'interactivité.)
Niveau A : Sélectif.
A partir de propositions à choix multiples, l'utilisateur explore le contenu du programme. Pour employer une image, c'est un peu la situation d'un voyageur se promenant dans une ville inconnue et qui la visite à son gré, choisissant son itinéraire à chaque carrefour à partir d'informations fournies par des poteaux indicateurs.

3)Système de navigation
Présentation : Présentation en animation du programme. Un 'clic' sur l'interface de commande (télécommande) et l'utilisateur accède à la page sommaire. Sans interaction, les images se succèdent pendant 30 secondes.

Le choix de la langue : Cette page graphique sur laquelle sont précisées cinq options de langue offre à l'utilisateur la possibilité de sélectionner la version des éléments textuels et vocaux. Une voix synthétisée l'accueille.

Le sommaire : Il représente la page de contrôle celle qui détermine le système de recherche des musiciens, par pays, ou par genre, ainsi que des éléments annexes : le système d'aide à la navigation, le mode de lecture aléatoire, un visuel fractal de couleurs aléatoires. Le passage du curseur sur ces différentes zones interactives génère une animation audiovisuelle.

Cyberplanet : C'est le mode de recherche par pays. Un 'clic' sur cette zone interactive en mode titre, envoi l'utilisateur vers une carte d'Europe.

Carte d'Europe : afin de déterminer le pays, des icônes drapeaux représentent le pays d'appartenance de chaque groupe ou artistes. Le survol du curseur sur la carte entraîne une surbrillance de chaque pays. La sélection s'effectue lors d'un 'clic' sur la zone choisie.

Liste des artistes : les artistes par pays sont répertoriés sur une page. Chaque nom est classé par ordre alphabétique. Il est d'ailleurs précisé le genre musical, et le pays dont ils sont issus par une indexation par icônes. Le noms des musiciens et le noms des labels auxquels ils appartiennent sont des zones interactives dont le lien permet aux téléspectateurs de poursuivre sa navigation vers leurs fiches info respectives.

Fiche info : C'est le coeur de l'information pour tout savoir sur les artistes, lien avec un vidéo-clip correspondant aux musiciens (icône EZ vision). Lien avec des pages textes d'information générale sur les artistes, photographies, interviews discographie.

Sélection par genre musical Techno, Dance, Ambient, Dance : Ce sont les genres représentatifs de la musique House à travers le monde. Chaque sélection est personnalisée par une courte séquence d'animation audiovisuelle en image 3D.

Liste des artistes : les artistes sont répertoriés sur une page par pays . Chaque nom est classé par ordre alphabétique. Il est d'ailleurs précisé le genre musical, et le pays dont ils sont issus par une indexation par icônes. Le noms des musiciens et le noms des labels auxquels ils appartiennent sont des zones interactives dont le lien permet aux téléspectateurs de poursuivre sa navigation vers leurs fiches info respectives.

Mix it ! : Système de visualisation des vidéo-clips en mode aléatoire.
Flyer : Effet visuel d'image fractale, accompagné de nappes de son synthétiques, il se déclenche lors d'un 'clic' sur l'icône le représentant, ou lorsque le programme reste inutilisé pendant plus de trois minutes.
Point d'interrogation : Ce symbole est présent sur l'ensemble des pages écran et permet à l'utilisateur de se situer dans le programme, une voix synthétisée, dans la langue préalablement choisie, lui indique les fonctions de chaque élément interactif contenu sur la page-écran.
Quit : Icône placé sur toutes les pages écrans, il permet de revenir au menu principale "sommaire". De la page sommaire, après confirmation, il stop le programme.

3) Marketing
3.1) Cyber culture et médias
Le produit se veut par son concept une anthologie sur les nouvelles musiques, qui apporte une réelle plus value par rapport aux médias traditionnelles. Il rassemble à la fois, plusieurs médias et donne accès au contenu rapidement.
La connotation culturel du titre Cyberfly repose sur une image forte, Cyber : référence à la science, la cybernétique : science du contrôle, qui décrit les rapports entre l'homme et la machine. Du Grec, kybernetes : le pilote sur un navire. On parle également du Cyberspace dans le jargon des utilisateurs (cyberpunks) du réseau de communication Internet pour qualifier ce que l'on appelle en France, les autoroutes de l'information.
Fly, en anglais signifie voler. Le terme 'Flyer' désigne dans la culture 'techno', les fascicules qui annoncent les lieux et les dates des 'raves'.
Le positionnement du produit Cyberfly repose sur le choix judicieux des artistes. Il est le produit multimédia référence de la musique techno, le support interactif de la 'Cyberculture'. Les produits diffusés actuellement sur Compact Disque interactif sont partagés en catégories, on trouve sur le marché, les classifications suivantes : l'éducation, l'éveil, les jeux, les loisirs, la musique, la culture, les vidéo CD (films, concerts).
Si on fait la synthèse de l'approche du produit, on constate que le mode dynamique de la structure du programme possède un coté distractif (animation plein écran en 3D), c'est une certaine forme de loisirs, des musiques différentes mais avec un dénominateur commun, le reflet d'une culture, des vidéo-clips attractifs et une base éditoriale.
D'après une étude de Philips Interactive Média of Europe de 1991, l'évaluation du parc des lecteurs CD-i est estimé à 261 000 en France pour 1995, il faut surtout se pencher sur la vitesse de pénétration des différents outils de communication, exemple : aux USA, le magnétoscope est apparu en 1975, en 1979 le taux est de 1%, en 1984 30% des foyers sont équipés, en 1991, 70 % des foyers américains sont équipés. Selon le CREDOC en 1991 et en france, la TV à un taux de pénétration des foyers de 95%, le magnétoscope 34%, le lecteur CD 23% et l'ordinateur personnel 14%.
Selon les derniers chiffres, 800 000 lecteurs de CD-I ont été vendus dans le monde à ce jour. Sur ce segment de musique, réalisé le plus souvent dans des 'home studios', la productivité est très importante, car il faut sans cesse réapprovisionner le réseau des DJ lors de diffusion dans les clubs, boite de nuit, ou rave. Le disque vinyle reste aussi très utilisé pour produire à moindre coût un morceau. C'est pourquoi dans l'industrie du disque, les majors, rachètent les licences de morceau détenus par les labels indépendants spécialisés et produisent des compilations sur CD. Visiblement ce système est moins onéreux et les risques limités, le battage publicitaire existant sur certaines chaînes de télévision tente à le faire penser. La vague des compilations phonographique est une réalité commerciale répondant bien à une politique d'investissement en interne, cette stratégie commerciale, permet des retours sur investissement à court termes.

3.2) Les cibles
Il n'existe pas une mais des cibles, représentants des tranches d'âges de 15 à 35 ans sur une population mixte, vivant dans un milieu urbain.
Pour les 15/25 ans, sélectifs, et étudiants ils utilisent les réseaux spécialisés de distribution, les petites boutiques de disques, suivent l'actualité du mouvement, fréquentent les 'raves'. Ce sont des consommateurs, impulsifs . Ils sont soit, des vecteurs pour l'achat soit acheteur potentiels.
Le transport de l'information se fait bien souvent par le bouche à oreille.
Les 20/35 ans, autonomes, et possédant un plus fort pouvoir d'achat, ils sortent dans les boites de nuit font leurs achats dans les grands magasins ou les centres commerciaux, FNAC, Virgin Mégastore, Nuggets, Tower Records.
Hormis les cibles statistiques (CSP), il faut retenir que l'on s'adresse à la génération située dans un cycle de l'après jeu vidéo, donc à un public qui répond à des attentes exigeantes en matière de produit multimédia, familiers des jeux et consommateur de produits audiovisuels.

3.3) Une vision à l'international
De part le sujet, une version française ne représente pas à elle seule une cible suffisamment importante, elle limiterait au seul marché francophone l'accès des informations rédactionnelles.
C'est pourquoi, le contenu rédactionnel et l'aide à la navigation est disponibles en cinq langues : anglais, espagnol, français, allemand, et japonais.
Du point de vue de l'utilisateur on peu souligner le fait que les produits de type "entertainment', disques, vidéocassettes et également les livres sont tout autant à durée de vie limitée, on ne se plonge pas dans le roman achevé un jour auparavant. L'interactivité aidant et l'accès rapide à l'information facilitent la consultation.

3.4) Stratégie marketing de distribution
Deux marchés parallèles sont identifiables, un marché grand public à l'échelon international, un marché ciblé.
Dans le premier cas, on peut parler de moyenne à grande distribution, à travers le réseau des maisons de disques. Les points de ventes sont l'ensemble des magasins présents dans les grandes et moyennes agglomérations. Détaillants des produits 'hardware' et 'software' c'est le cas des détaillants grand public (grandes surfaces, FNAC, Virgin Mégastore, Interdiscount pour la France).
Le marché ciblé, concerne la vente par correspondance, (vente directe) par le biais de publicité dans les magazines spécialisés et la vente, destinée aux boutiques de disques localisés sur le sujet, et couvrent l'ensemble des grandes villes.

4) Aspects techniques
4.1) Eléments constituant le disque
- 12 vidéo-clips d'une durée de 4 minutes (MPEG 1 ou TRUE MOTION (Horizon Software))
- 1 animation/présentation de 30 secondes (MPEG 1 ou TRUE MOTION (Horizon Software))
- 5 clips (sommaire) de 10 secondes (MPEG 1, ou TRUE MOTION (Horizon Software))
- 3 clips (éléments) de 5 secondes (MPEG 1 ou TRUE MOTION (Horizon Software))
- 260 pages-écrans interactives (DYUV, BMP ou TGA)
- 10 minutes de son (ADPCM mono C ou 11025 KHZ .WAV),(système d'aide à la navigation et jingles)
- Moteur logiciel de l'application : Macromind Director où propriétaire CD-I

4.2) Identification des ressources (vidéo-clips)
Il appartient aux majors de l'industrie du disque, de les sélectionner parmi leurs catalogues de vidéo-clips existants. Il n'est pas rare de trouver une diversification telle, qu'une seule entreprise internationale peut rassembler l'ensemble des musiciens dans leurs genres respectifs.

5) Forfait des droits
Négociation des ayant droits pour l'exploitation des vidéo-clips sur support opto numérique

6) La synergie des compétences
La réalisation du produit 'Cyberfly' entraîne un ensemble de prestations différentes qui ne peut-être issue, de la même entreprise à l'heure actuelle. Le marché du multimédia naissant et la particularité de ce segment de produit entraîne encore un rassemblement de compétences, qu'une seule entreprise phonographique ne peut pas réunir en interne, sans restructuration.

6.1) Les partenaires
Le service des relations publiques de l'entreprise
La société de traduction
La société de prestation informatique
Le collectif ATOHM

6.2) Le collectif ATOHM
Le collectif ATOHM a l'origine de la conception du titre fournit les éléments suivants:
- Le design d'interactivité
- La fabrication de l'habillage visuelle (animation, pages-écrans)
- La conception du livret huit pages quadri.
Toutes les contraintes, liées à la réalisation informatique sont réalisables à partir des outils informatiques existants.
- La conception des pages écrans en 3D nécessite un micro-ordinateur PC compatibles et le logiciel 3D Studio
- Les images fixes en 3D enregistrées sur disque dur externe) au format bit-map 24 bits (TARGA, ou BMP) et subiront une seconde phase dite d'intégration.
- Le traitement des images fixes, contenant les informations éditoriales sera effectué sur micro-ordinateur PC compatible (disposant d'un scanner à plat, d'une carte graphique en millions de couleurs, de mémoire vive, 16 Mega-octets au minimum et d'un disque dur externe d'une capacité de 1 Giga-octets). L'intégration du texte, des photos, et des pochettes de disque, sera réalisé avec le logiciel de retouche d'image Photostyler.
Une fois traités, ces fichiers sont enregistrés d'après une nomenclature et un format précis et confiés aux développeurs pour la programmation du moteur de l'application CD-I, par la société de prestation informatique .

6.3) Le service des attachés de presse de l'entreprise
Le contenu éditorial, informations, interviews, photographies et visuel sur les groupes et les artistes est à la charge du service de relation public de l'entreprise, sur une base existante où à produire. A partir de la liste définitive des musiciens inclus dans le programme, le service R.P procéderont à des interviews, et à une recherche discographique. Pour chacun des artistes, le volume de texte sera de 2 pages A4, 24 lignes par page, 64 caractères par lignes. Les textes rédigés en français où en anglais, prêts à être traduit.

6.4) Le collectif ATOHM
La création et la réalisation de la bande sonore comprend 4 étapes, la création d'une musique originale, le traitement en voix de synthèse, la synchronisation audio et images, le mixage et l'enregistrement final.

6.5) la société de traduction
Les textes rédigés en langue française sur papier et fournit par le service des relations presse de la major compagnie (informations sur les artistes) d'une part et ATOHM (les textes d'aide à la navigation) soit :
- 2 pages format A4 constituant 24 lignes par page, 64 caractères par ligne, 12 mots environs par ligne,
- 1 page format A4 constituant 24 lignes par page, 64 caractères par ligne, 12 mots environs par ligne
Les 2 pages d'informations concernant les douze artistes présents dans le programme Cyberfly seront traduites par la société de traduction, en quatre langues, anglais, japonais, allemand et italien. La fourniture de ces textes sous la forme de fichier informatique auprès du service de relation presse de la Major.
La page des textes d'aide à la navigation seront traduites en quatre langues, anglais, japonais, allemand et italien; l'enregistrement de ces éléments (inclus la nomenclature de chaque fichier en langue française) se fera sous la responsabilité de l'auteur dans les studios son de la société de traduction avec des speakers, préalablement choisis, cinq speakers, en comptant, la langue française.
Le support des éléments audio sera sous la forme de cassettes DAT, et remis à l'association

6.6) La société de prestation informatique
- A partir des éléments (animations, pages-écrans, vidéo-clips, habillage sonore) fournit par l'association ATOHM, elle aura pour charge d'encoder ces données aux formats informatiques adaptés au support CD-I. Elle intégrera les différents médias au sein de l'architecture de l'application : numérisation des données, images fixes, vidéos, sons.
La programmation de l'intéractivité sera effectuée par la société de prestation informatique ainsi que le pressage de mille CD-I. Toutefois ce dernier point peut-être révisé dans la mesure ou un distributeur pourrai prendre en charge la fabrication du 'glass master' et la duplication par leur propre circuit de fabrication.

7) Equipe de production et de réalisation
Le collectif ATOHM
L'association ATOHM basée sur un statut de la loi de 1901, pour la création et la promotion des arts issus des nouvelles technologies, réunie une équipe de passionnées de l'image et du son.

8) Estimation du budget
8.1) La société de prestation informatique

Numérisation/compression des images fixes : 15 000F HT

Numérisation/encodage MPEG vidéo : 73 500F HT

Numérisation/Compression du son: 15 000F HT

Interactivité : 25 000F HT

Réalisation d'un CDI Worm : 3 000F HT

Pressage de 1000 CDI : 25 000F HT

Total :156 500F HT



8.2) Traductions

Coût de la traduction/adaptation
- 2 pages de 300 mots (600mots) x nb de musiciens (12)
- 1 pages 300 mots Par langue (tarif au mot HT) Français - Anglais
9 000F HT

Français - Allemand
9 000F HT

Français - Italien
9 000F HT

Français - Japonais
12 000F HT

Enregistrement des speakers 1 journée de studio 4 500F HT

Speakers (voix féminine)
Français
Anglais
Allemand
Italien
Japonais
5 800F HT
5 800F HT
5 800F HT
5 800F HT
6 000F HT

Conseillers linguistique
Pré-mastering / environ 1 heure par langue
Coordination - 15% du montant total - 12 000F HT
5 000F HT
13 155F HT

Total : 105 855F HT

8.3) Le collectif ATOHM
Création de la musique original : - Thème intro de présentation 30 secondes
- 5 séquence mélodiques de 10 secondes
- 3 séquences de 5 secondes
Traitement de la voix : - 25 séquences de 30 secondes à 2 minutes
Synchronisation Mixage et enregistrement final
Livraison sur bande DAT 44.1 Khz (16 bits)
Prix forfaitaire : 35 000F HT

8.4) Le collectif ATOHM
10 jours de création image 3D 35 000F HT

8 jours de poste PC 35 000F HT

Total : 70 000F HT

Budget total : 362 855F HT



9) Contexte de production
L 'ensemble des sociétés réunient pour le bon fonctionnement de ce projet, participent dans leurs domaines de compétences et répondent de par leurs spécialisations réciproques au besoin d'une production globale du titre 'Cyberfly'. Entreprise ou association, ce sont en fait des prestataires, qui d'un bout à l'autre de la chaîne de conception de ce titre multimédia offrent leurs services en échange de compensations financières et il ne s'agit pas, non plus d'un tour de table financier avec des prises de participations par chacune d'elles.
L'investissement et la participation nécessaire à l'élaboration de ce titre repose sur une entreprise multinationale possédant la force financière et un accès à la distribution. Une major compagnie où un important distributeur indépendant sont des sociétés qui ont les potentiels de s'engager sur ce marché avec ce concept de produit. On peut d'ailleurs les citer : Polygram, Sony Music, BMG, EMI, Warner.
En dehors du fait, qu'ils ont le pouvoir des moyens financiers et de la distribution à l'échelon international, l'atout majeur c'est de disposer d'un catalogue de vidéo-clips diversifiés. Ils sont, dans la plupart des cas co-producteurs où producteurs de vidéo-clips et ceci dans le cadre de la promotion des artistes, lors du lancement d'un album où d'un 'single'. Le retour sur investissement découle des ventes phonographiques de l'artiste, et des droits de passage payés par les diffuseurs, (part son et copie privée audiovisuelle) M6, MCM, MTV Europe,...
Par ailleurs, la stratégie de s'engager sur un marché naissant, sans avoir à réorganiser une structure en interne, avoir un capital-risque d'un montant aussi bas, le réamortissement des frais engagés sur des opérations de promotion et de valoriser ainsi l'image des artistes, sont autant d'atouts qui devront compter lors d'une concertation sur la viabilité et l'éventuelle production du projet.
Page précédente Retour en haut de page Revenir à la rubrique Page suivante