terminal-media.fr
icon icon facebook icon icon icon icon
cross

 
rss
 
SERVICES

Rapport de stage SEPC "1992"

Stage effectué du 04/10 au 24/12/92
Chez : Sony Electronic Publishing Company
1/3, rue du Château 92522 Neuilly/Seine

Introduction
La première des questions que l'on peut se poser aujourd'hui est de savoir ce qui a pu me pousser à choisir SEPC comme entreprise pour effectuer mon stage de fin de cycle ? Il n'existe pas une, mais des réponses. En fait, à ma première requête au CREAR pour suivre une formation en infographie, j'ai été orienté vers la télématique. Passionné par les nouvelles technologies de cette fin de siècle, et en particulier le multimédia, je trouvais finalement mon compte au sein de la formation de concepteur en télématique intégré. Ce qui m'a motivé, c'est une constatation globale sur l'évolution des médias et de leurs intégrations dans le monde de l'informatique. Demain, l'homme aura à sa disposition des quantités de services à son domicile. Les interfaces de ces appareils familiers seront de plus en plus informatisés et de sérieux bouleversements dans le monde des loisirs et du travail sont à prévoir. Quels sont les points communs entre l'édition électronique et le Minitel ? Peu à ce jour, mis à part le fait que ce sont deux média à part entière. Mais il ne s'agit pas ici d'entreprendre un débat sur les bienfaits des technologies du futur. Ce rapport tente simplement d'informer sur les techniques et les étapes de conception et de fabrication de programmes destinées à des supports optiques tel que le CD-I ou le livre électronique. A travers deux dossiers, je résume l'état de mes connaissances sur le CD-I et le Data Discman et les tâches qui m'ont été confiées lors de mon séjour chez SEPC. Une annexe rassemble des prospectus et de la documentation.
Je tiens à remercier Pierre-Antoine Ullmo directeur de SEPC ainsi que toute l'équipe et l'ensemble des personnes que j'ai pu rencontrer lors de mon stage.

Mon travail chez SEPC
Pour résumé il ne s'agit pas d'une mission avec des objectifs précis, les délais de stage auraient été trop cours, mais d'un ensemble de tâches précises que j'ai eu à effectuer lors de deux mois de stage intensif. Pour mieux comprendre la globalité de mon travail j'ai préféré découper en parties distinctes chacun de ces aspects.

Le Data Discman de Sony

SOMMAIRE
1)Le multimédia vu par Sony
2)Sony Electronic Publishing
3)Les caractéristiques des lecteurs
4)Caractéristiques des livres
5)Les modes de recherches
6)Les titres
Conception d'un livre électronique
a) - Le travail éditorial
b) - Le développement informatique
c) - Le WORM
d)- Distribution et commercialisation
Informations complémentaires

1)LE COMMERCIAL
2)LE GRAPHISME
3) L'APPROCHE DE SEBAS
4) MISE EN FORME DE L'EDITORIAL

1)LE MULTIMEDIA VU PAR SONY
Le groupe Sony bien connu pour ses produits bruns (hi-fi, télévision, magnétoscope) a inventé et commercialisé le DataDiscman, un produit pour la lecture de livres électroniques numériques. A peine plus grand qu'un walkman il est portable et fonctionne sur secteur ou à l'aide de batteries. L'utilité de ce type de produit est une recherche facilitée par les modes d'accès à l'information. Associant le texte le son et l'image on peut donc considérer ce produit comme multimédia.

2)SONY ELECTRONIC PUBLISHING
Fondée en avril 92, SEPC est une filiale du groupe Sony Music. Les activités de l'ensemble Sony Corporation sont scindées en deux groupes. Sony France d'une part, qui ne travaille que sur le matériel (le hardware, tout ce qui concerne les produits bruns et leur commercialisation) et d'autre part, Sony Music qui est le secteur de l'édition musicale (le soft) et qui regroupe plusieurs maisons de disques tel que Columbia, Epic, Squatt. Elles représentent près de 20% de l'ensemble des ventes sur le marché du disque.
SEPC regroupe quatre personnes qui travaillent sur l'édition et la distribution de livres électroniques. L'équipe est composée de:
- Pierre-Antoine Ullmo, directeur,
- Véronique Guitton, commerciale, s'occupe des démarches auprès des libraires et des revendeurs pour l'ouverture de "compte clients",
- Carine Lapouméroulie assure le suivi de fabrication des livres et des "packages",
- Michel Coche, responsable d'édition, coordonne les différentes phases de conception des produits et supervise les opérations où interviennent les auteurs, les graphistes et les informaticiens.

3)LES CARACTERISTIQUES DES LECTEURS
il existe actuellement 3 modèles de lecteurs :
- Le DataDicman 1EX, commercialisé en mars 92, ne permet que la lecture de page en mode texte et de page graphique. C'est un modèle d'entrée de gamme,
- Le DD10EX intègre en plus les données sonores,
- Le DD10BZ en plus de lecteurs de CD-ROM 8 cm compatible EBG et EBXA possède des fonctions de répertoire téléphonique, de calendrier, de calculatrice, d'horloge, de jeu électronique ( Tetris).
De la taille d'un livre de poche, ils possèdent tous les trois un écran de neuf centimètres de diagonale. Les livres sont à la norme EBG et EBXA qui sont les standards imposés par Sony pour le bon fonctionnement des produits pour ces lecteurs portables. Ces modèles ont tous la possibilité de se raccorder à un poste de télévision via une prise péritel fournie avec le lecteur. L'écran a une définition de 200 par 256 pixels ce qui est raisonnable compte tenu de la taille réduite de l'appareil et qui offre une capacité de lecture suffisante. Des touches directionnelles permettent de se placer sur l'information souhaitée (ce qui est l'équivalent des touches page up, page down, right et left, sur un ordinateur) une touche pour confirmer (enter) une touche pour revenir à l'écran précèdent (esc). Un clavier alphanumérique Qwerty permet d'inscrire les mots recherchés.

4)LES CARACTERISTIQUES DES LIVRES
Les livres électroniques sont en fait des disques optiques numériques de type CD 8 cm sur lesquels sont inscrites des données. Ces données sont organisées en pistes et en secteurs sur la surface du disque et un faisceau laser, lorsque une information est sollicitée, se place sur l'endroit exact du disque. Protégés par un caddie en plastique, ils sont assez ressemblant aux disquettes utilisées de 3 pouces et demi. Un disque compact peut contenir 200 MO de données ce qui représente en mode texte 200 000 000 caractères, soit 100 000 pages au format A4. En mode graphique un disque contient 30 000 images qui peuvent être des dessins, des photos scannés, en fait toutes de source en mode bit-map. Pour le son, il existe plusieurs niveaux de qualité mais tous sont appelés son ADPCM (ADaptative Pulsed Code Modulation). Le niveau B stéréo, le son est échantillonné à la fréquence de 37,8KhZ, c'est à dire que l'on prend 37 800 échantillons à la seconde. Chaque échantillon de son est codé sur 4 bits. Le niveau B mono, même chose mais en mono on met donc le double de son. Le niveau C stéréo, le son est échantillonné à la fréquence de 18,9 KhZ en fait on prend 18 900 échantillons à la seconde. Le niveau C mono même chose en mono soit le double de place. Le son qualité CD-DA, c'est le son du compact disc audio, le son est enregistré à la fréquence de 44,1 khz donc avec 44 100 échantillons à la seconde. Chaque échantillon est codé sur 16 bits, un disque de 8 cm peut contenir 21 minutes et 16 secondes de son de type CD-DA. Evidemment suivant le type d'information et sa quantité lors de la conception on doit favoriser plus ou moins le type de données que l'on souhaite placer sur le livre.

5)LES MODES DE RECHERCHES
Suivant les titres, les modes de recherches sont différents mais toujours complémentaires. Il peut s'agir de mode de recherche par début de mots ou par fin de mots, recherche par mots clés, par menu, et une recherche multi critères.

6)LES TITRES
Parmi les titres édités par SEPC on peut citer,
- Le dictionnaire des Synonymes (Hachette),
- Le guide du routard des hôtels et des restaurants de France,
- 4000 questions de littérature (Hachette)
- Le dictionnaire des mots croises,
- La bibliothèque idéale,
- Le jeu "challenger électronique"
- Le guide rivages des hôtels et des auberges de charme en Europe,
- Le guide des musées de France.
En fait, une vingtaine de titres sont actuellement commercialisés mais tous ne sont pas édités par SEPC. En effet lors de la sortie du premier lecteur DD1EX trois sociétés ont été retenues pour leur compétence afin de pouvoir conceptualiser des livres électroniques; Il s'agit d'Act multimédia, Cdit et du Bureau Van Dijk. Ces trois entreprises ont obtenu des licences attribuées par Sony France. Elles éditent des livres et favorisent ainsi la diversification des titres disponibles et la vente des lecteurs.

CONCEPTION D'UN LIVRE ELECTRONIQUE
a) L'approche
Pour la conception d'un livre électronique il doit y avoir un livre existant ou une base de données récupérable. En règle générale, les droits de reproduction d'un ouvrage sont rachetés par SEPC à un éditeur traditionnel.

b) Le travail éditorial
S'il existe des supports informatiques, les données sont bien sur récuperées, sinon l'on confie à un organisme de saisie la réécriture de l'ouvrage. On détermine un système de consultation du livre en fonction des informations contenues dans l'ouvrage papier.On choisit les échantillons sonores correspondant à l'ouvrage. Une pré maquette est définie sur un exemple type, c'est une simulation qui est réalisée sur Macintosh avec le logiciel Hypercard. Suivant le type d'ouvrage, si de nombreux écrans graphiques sont à définir des graphistes interviennent sur l'ouvrage, ce travail est alors confié à Catherine Nieky et Marc Danjean. Des réunions sont organisées tout au long de la conception afin de déterminer chacune de ces opérations en concertation avec l'ensemble des intervenants.

c) Le développement informatique
Après la définition de consultation du livre, et la récupération des données informatiques de plusieurs natures : textes, images, et sons, les instructions sont présentées à la société Bureau Van Dijk qui posséde une licence de conception attribuée par Sony France. Le premier travail consistera à convertir toutes les données dans un format ASCII. Ensuite les ingénieurs en informatique établissent les liens entre les fichiers pour les systèmes de recherches, cette opération s'appelle l'entrelacement des fichiers. En fait, ils organisent les systèmes de recherche et les touches d'appel des fichiers sons. Cette technique fait appel à un système d'indexation du texte, appelée SGML (Standard Generalized Markup Language). Après avoir organisé les données et conceptualisé le programme le tout est préparé pour la fabrication du WORM (write once read many).

d) Le Worm
Le worm est le support de test pour le pressage définitif. Il est réalisé au sein de Sony France, via sa filiale New Business Developement, sous le contrôle de Véronique Tourre, ingénieur conseil en informatique. On transfert les données à partir d'un disque dur vers une station News de Sony qui fonctionne sous UNIX. Elle teste les données, vérifie si tout est conforme s' il n'existe pas de "bug" à l'intérieur du programme, et les importe vers un appareil de pressage de WORM. Le WORM, une fois gravé, est prèt pour l'envoi en Autriche, chez DADC pour la "masterisation" et la duplication du titre. Les disques sont ensuite mis sous caddie en plastique, et envoyés en France pour la mise sous conditionnement.

c) Distribution et commercialisation
Le "package" sert de conditionnement aux disques, c'est un emballage de plastique recouvert d'une couverture en carton, cette dernière est dessinée en interne et imprimée par Glory. Les livres sont aussi étiquetés et "blisterisés" par leurs soins. Les produits sont ensuite stockés dans les locaux de Sony Music à Asnières. A travers un réseau informatique de gestion, on peut à tout instant inspecter le nombre et les noms des titres disponibles en stock. Cette gestion entraîne une fabrication qui est mise en route d'après les ventes. C'est ce que l'on appelle en production le flux tendu.

1)Le commercial
2)Le graphisme
3)Analyse de produit
4)L'approche de SEBAS
5)Mise en forme de l'éditorial

1)LE COMMERCIAL
Dans la majeur partie des entreprises, il existe un domaine réservé à la vente quelle soit en direct ou par le biais de revendeurs, ce secteur est bien souvent la finalité la plus évidente. Chez SEPC, Véronique Guitton démarche et prospecte auprès des revendeurs et propose les titres que SEPC édite où distribue. Il faut bien distinguer deux types de clients et leurs spécialités : les libraires qui vendent uniquement des titres et les magasins qui revendent des produits bruns Sony et qui souhaitent également vendre des livres électroniques. Pour certains, ils vendent du "hardware" uniquement, et possèdent un compte ouvert auprès de Sony France. Sur ces derniers, il fallait les informer de ces nouveaux produits qui leurs étaient inconnus. Un travail d'information téléphonique s'imposait. La démarche fut la suivante pour faire passer l'information auprès de ces revendeurs : Appel téléphonique, prise de contact et envoi de documentation à chaque personne intéressée. Un présentoir était également proposé afin de pouvoir montrer ces nouveaux produits qui suscitent un fort intérêt auprès du grand public.
Une connaissance des titres s'imposait, mais également des tarifs de chaque livre ainsi que la gamme des différents lecteurs.

2)LE GRAPHISME
De plus en plus, le mode graphique obtient une place importante dans la conception d'un livre électronique, c'est le cas pour les livres qui ne possèdent pas d'équivalent au format papier. Souvent il n'est question que de succession de page en mode graphique, ce fut le cas pour déterminer la fiche artiste du catalogue musical de Sony Music. A partir du catalogue papier qui regroupe l'ensemble des artistes de Sony music, j'ai dû imaginer un système de recherche par titre et par artistes. Pour définir ce système, une pré maquette réalisée avec le logiciel Hypercard était indispensable; elle simule le mode de fonctionnement d'un Data Discman et permet d'avoir une idée globale sur l'aspect du futur produit. Ce fut le cas du catalogue musical mais également celui de l'encycl. Bordas ou d'autres ouvrages sur la médecine. Ces écrans rassemblent des icônes, des boutons permettant d'accéder aux pages suivantes. Toutes ces pages, sont dessinées à partir de la boite à outils inclue dans Hypercard, elles sont intégrées dans des piles et reliées entres elles à l'aide d'icônes significatifs. Un système d'identification de chaque page permet le raccord grâce à quelques lignes de programmation.

3)ANALYSE DE PRODUIT.
SEPC possède un IBM PC 386 SX équipé d'un lecteur de CD-ROM Sony. Cette machine d'une configuration suffisante m'a permis d'utiliser quelques programmes. Parmi ces programmes on peut citer :
-CD lang, un CD-ROM pour apprendre l'anglais avec un système de leçons et d'exercices sur la grammaire, le vocabulaire et la prononciation.
-Mammals Encyclopédia, il s'agit d'une encyclopédie sur le monde animal entièrement multimédia. On choisi parmi un abécédaire, un mammifère et l'on obtient une fiche détaillée sur les habitudes de vie, la nourriture, la situation géographique de ces animaux. Un icône représenté par un appareil photo, donne des informations visuelles, ce sont des images scanners ou des séquences vidéo au format MCGA (320 par 200 en 256 couleurs). Le son est également intégré ce qui permet d'entendre par exemple le chant des baleines ou le hululement d'une chouette. Un produit bien fini mais dont les temps d'accès au disque sont assez longs, c'est ce qu'on peut regretter d'une manière générale sur le CD-ROM. Pour l'instant les techniques ne sont pas encore complètement au point et l'on est loin des performances relative du CD-I.
-Amanda 's Stories, distribué par SEPC aux USA est destiné aux enfants de 3 à 5 ans. C'est une histoire interactive où les enfants, suivant le positionnement de la souris, interviennent sur le déroulement de l'histoire, le tout accompagné de petites chansons. Cette version conçue avec le logiciel auteur Toolbook fonctionne sous l'interface Windows 3.0 et le poste de consultation doit être à la norme MPC.
-Mother Goose, est également destiné aux enfants. Il est vendu avec le lecteur de CD-ROM Sony intégré à la Lazer Library. C'est un jeu, un personnage se déplace dans une contrée fantastique et doit retrouver des objets disséminés un peu partout, et les rendre à leurs propriétaires respectifs. Le graphisme est très soigné, les échantillons sonores de très bonne qualité et l'animation des personnages réussie.
En règle générale, les produits CD-ROM que j'ai pu consulter sont de bonne qualité. Mais j'ai rencontré des difficultés à les installer, où plus exactement si l'on installe sur un PC un nouveau disque autant oublier la configuration précédente. L'un fonctionne sous Windows 3.1, l'autre avec une version antérieure donc à chaque fois c'est un véritable casse-tête chinois pour obtenir le programme souhaité. A l'aube des standardisations mondiales du matériel de support optique l'on s'aperçoit très vite que le CD-ROM n'est pas ce qu'on peut faire de mieux dans le domaine.

4) L'APPROCHE DE SEBAS
SEBAS est un système auteur pour la conception de livre électronique. Il a été mis au point par les ingénieurs en informatique de SEPC de Monterey en Californie. Il est destiné aux éditeurs qui souhaitent créer un livre électronique. Il tourne sur un PC avec le système d'exploitation MS-DOS. Les outils de SEBAS sont un ensemble de commandes exécutable batch et de fichiers qui aident à convertir les données au format Data Discman. Pour produire un livre électronique il y a 5 étapes distinctes :
1) Récupération des données au format ASCII
2) Indéxation du texte ASCII pour les différents mode de recherche, à l'aide des SGML.
3) Utiliser les outils de SEBAS pour construire les systèmes de recherches, et convertir les fichiers (sons, textes, images) au format EBG ou EBXA.
4) Tester le programme, à l'aide de l'émulateur de DDman.
5) Préparer le livre pour le pressage du worm.
Sur le papier, les choses paraissent claires, mais dans la réalité ce n'est pas aussi simple. Indexer les SGML ne concerne pas mon niveau de connaissance. Il faut pour cela un inconditionnel du DOS et de la programmation, en fait il n'existe pas aujourd'hui de système suffisamment convivial pour imaginer un département d'édition de livres électroniques intégré dans chaque maison d'édition traditionnelle.

5) MISE EN FORME DE L'EDITORIAL
A partir de chaque ouvrage papier, pour le convertir au format livre électronique, une réécriture de début de texte s'impose, ce fut le cas pour l'encyclopédie Bordas. Un sujet se rapportait à une ou plusieurs pages et comportait un chapeau, une série de paragraphes, plus des encarts annexes. Mon travail a été de trouver des titres pour chacun des paragraphes. Il n'était pas imaginable d'avoir lors de la consultation du DDman des lignes et des lignes de textes. L'intérêt sur ce genre de produit est d'accéder directement à l'information voulue, c'est pourquoi le découpage était incontournable
Retour en haut de page Page précédente Revenir à la rubrique Page suivante