terminal-media.fr
icon icon facebook icon icon icon icon
cross

 
rss
 
MUSIQUE & SONS


KRAFTWERK

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre

Kraftwerk (en allemand " Centrale électrique ") est un groupe de pop électronique basé à Düsseldorf qui eut un rôle important dans l'éveil de l'intérêt pour la musique électronique en apportant dans la Pop des sons nouveaux et souvent proche de ceux générés par les machines et la technologie industrielle.

  • Autobahn 1974


Les techniques introduites et l'équipement développé par le groupe sont désormais courants en musique contemporaine. Beaucoup des DJ de la musique techno s'y réfèrent comme à l'une de leurs influences les plus importantes. Ils ont accordé une grande importance à l'esthétique sonore autant que visuelle amenant dans la Pop un esprit de rupture, de modernité, y insufflant un côté froid (cold-wawe) et plastique. Dès les années 70 ils vont s'avérer être des designers de leur son et de leur propre image. Leur démarche tient autant de la démarche de l'art contemporain que des avant-gardes représentées alors par des artistes comme Can, Brian Eno ou David Bowie. Ils travaillent au groupe et à leur musique en tant que " concept " en cherchant à maîtriser leurs visuels, ils entretiennent aussi un certain secret autour de leur personne et apparaissent peu en public. Ils renouent également avec un certain romantisme allemand, présent dans leur musique, et dans la relation ambiguë de l'homme avec les machines qui caractérise leur propre entreprise.

Le groupe s'appelait à l'origine "l'Organisation " pour prendre ensuite le nom de " Kraftwerk ". Ses membres principaux sont Florian Schneider et Ralf Hütter. Wolfgang Flür, Karl Bartos, Emil Schult, Fritz Hilpert et Henning Schmitz des studios Kling Klang y ont aussi collaboré.


  • Radioactivity 1975 (titre en allemand : Radio-Aktivität)

Les textes des chansons, étant le plus souvent en rapport avec la vie et la technologie moderne (les ondes radio, l'autoroute, le train TEE, l'ordinateur, les robots, la grande ville : hommage au Métropolis de Fritz Lang où " le monstre machine dévore les ouvriers ".) sont traités de façon " minimaliste ", relevant à la fois de la célébration innocente et du principe de précaution par rapport à la technologie.

  • L'album Trans Europe Express de Kraftwerk

  • L'album The Man Machine de Kraftwerk en 1978

Après plusieurs albums expérimentaux, leur percée sur le marché arrive en 1974 avec l'album Autobahn et son titre éponyme de 22 minutes. Le titre de l'album suivant, Radioactivity (version anglaise) sera un énorme tube en France. Beaucoup des voix sont traitées dans un vocoder et générées par des synthétiseurs. À partir de l'album Trans-Europe Express, les disques sont enregistrés en deux versions - l'une en allemand et l'autre en anglais pour le marché international.

  • L'album Computer World de Kraftwerk


  • L'album Electric Café de Kraftwerk


  • L'album The Mix, une compilation de Kraftwerk


  • L'album Tour de France du groupe Kraftwerk


Kraftwerk a aussi expérimenté avec l'utilisation des graphiques engendrés par ordinateur comme décor pour leurs clips et apparitions sur scène. Sur ces dernières, il y aurait des parties improvisées. Pour certains de leurs concerts, ils ont créé des robots pour les représenter sur le devant de la scène alors que eux jouaient en coulisse.

Après plusieurs années sans nouveautés, Kraftwerk réapparut à la fin des années 1990 avec Expo 2000, et en août 2003 sortit l'album Tour de France Soundtracks.
Kraftwerk a aussi été mis en scène dans la culture populaire notamment dans The Simpsons et Father Ted.

Discographie

  • Tone Float 1970 (comme Organisation)
  • Kraftwerk 1971
  • Kraftwerk 2 1972
  • Ralf und Florian 1973
  • Autobahn 1974
  • Exceller 8 1975 (compilation)
  • Radioactivity 1975 (titre en allemand : Radio-Aktivität)
  • Trans-Europe Express 1977 (Trans Europa Express)
  • The Man Machine 1978 (Die Mensch-Maschine)
  • Computer World 1981 (Computerwelt)
  • Dentaku 1981 (single : version japonaise de Pocket Calculator)
  • Tour de France 1983 (maxi 45 tours)
  • Techno Pop 1983 (non sorti. En 2004, Electric Café est une partie du The Catalogue)
  • Electric Cafe 1986
  • The Mix 1991 (une compilation)
  • Tour de France Soundtracks 2003
  • The Catalogue 2004 (une compilation mise à jour)
  • Minimum-Maximum 2005 (seul live officiel)

Samples, reprises et influences

De nombreux artistes déclarent avoir été fortement influencés par Kraftwerk, tels Vince Clarke, fondateur de Depeche Mode et musicien actuel du groupe britannique Erasure. C'est aussi le cas des pionniers de l'électro-Hip Hop, comme Afrika Bambaataa, par exemple, mais aussi de musiciens d'univers plus new-wave ou rock tels Simple Minds, OMD, Ride ou Coldplay. Bien sûr l'influence la plus évidente se retrouve chez les producteurs d'une electro froide où l'on parle d'un monde tout technologique et aseptisé, comme chez Plastikman, Anthony Rother, Dopplereffekt et Arpanet; l'autre branche influencée est celle de l'electro mélancolique et organique qui privilégie des mélodies simples et aériennes avec des instruments datant de l'époque de Kraftwerk, comme Boards of Canada, M83 ou Nathan Fake.

Il y a quelques reprises de morceaux de Kraftwerk, mais leur force se retrouve essentiellement à travers tous les samples d'instrus ou de beats qu'on retrouve souvent dans les morceaux hip hop ou électro. Le morceau Trans-Europe Express est le morceau de Kraftwerk le plus samplé.

Voici quelques morceaux inspirés de Kraftwerk:
  • Planet Rock d'Afrika Bambaataa en 1982 qui en réalité ne sample pas puisque la musique a été réenregistré en studio. La mélodie provient de Trans-Europe Express et le rythme semble provenir de Numbers. Chose intéressante, ce morceau Planet Rock est à son tour l'un des morceaux de rap les plus samplés.
  • Rock it d'Herbie Hancock en 1983 dont le beat est typiquement Kraftwerkien.
  • Trans Europa Express par Anthony Rother, remix au goût electro allemand contemporain de Trans Europe Express.
  • Ouais gros du 113 qui sample en 1999 Trans-Europe Express.
  • Lose Control par Missy Elliott qui sample en 2005 encore le morceau Trans-Europe Express.
  • Wake Me Up in Heaven par Mike Patton et les X-Ecutionners qui sample en 2005 We are the Robots.
  • Talk par Coldplay reprend la mélodie de Computerlove et les membres de Kraftwerk sont d'ailleurs crédités comme compositeurs du morceau.
  • Numbers (titre allemand : Nummern) par le beatboxer Kenny Muhammad sur l'album Make The Music 2000 du beatboxer Rahzel, en piste cachée.

Pour le morceau Trans-Europe Express on retrouve encore des résurgences chez De La Soul, Mirwais et même Madonna (introduction de Music).

Señor Coconut (and his orchestra), groupe dont l'initiateur est Uwe Schmidt, a sorti en 2002 l'album El Baile Alemàn, entièrement constitué de reprises de Kraftwerk, en version cha-cha-cha, mambo ou bossa-nova.

Le Balanescu Quartet, un quatuor à cordes proche de Michael Nyman, a repris sur son album Possessed (1992), cinq morceaux de Kraftwerk : Robots, The Model, Autobahn, Computer Love, Pocket Calculator dont certains surpassent les originaux (Robots, The Model).

Das modell de Rammstein est la reprise de The Model de Kraftwerk.


  • Des images des pochettes internes des albums de Kraftwerkk


  • Des images des pochettes internes des albums de Kraftwerkk


  • Des images des pochettes internes des albums de Kraftwerkk


  • Des images des pochettes internes des albums de Kraftwerkk


  • Des images des pochettes internes des albums de Kraftwerkk


Kraftwerk - The Model (live?) par petittheatresubversion
Retour en haut de page Revenir à la rubrique