terminal-media.fr
icon icon facebook icon icon icon icon
cross

 
rss
 
VISION

LES 400 COUPS

Les Quatre Cents Coups est un film français de François Truffaut, sorti en 1959.

Premier film de François Truffaut et de ce qui sera appelé la Nouvelle Vague, son succès révèle le jeune réalisateur au grand public. Quatre autres films viendront par la suite compléter la saga Antoine Doinel, toujours interprété par Jean-Pierre Léaud : Antoine et Colette (dans le film à sketches L'Amour à vingt ans) en 1962, Baisers volés en 1968, Domicile conjugal en 1970 et L'Amour en fuite en 1979.



Synopsis

Largement autobiographique, le film raconte l'enfance difficile d'Antoine Doinel, ses relations avec ses parents, ses petits larcins qui lui vaudront d'être enfermé dans un centre pour mineurs délinquants.

À la fin des années 1950, Antoine Doinel, 12 ans, vit à Paris entre une mère peu aimante et un beau-père futile. Il plagie la fin de La Recherche de l'absolu lors d'une composition de français. Le professeur lui attribue la note zéro au grand désarroi d'Antoine, qui, en fait, faisait un hommage à son auteur préféré.

Antoine Doinel éprouve une admiration fervente pour Honoré de Balzac. Il lui a consacré un autel, une bougie éclaire un portrait de l'écrivain et met le feu à un rideau, provoquant la colère de son beau-père. De plus, malmené par un professeur de français autoritaire et injuste, il passe, avec son camarade René, de l'école buissonnière au mensonge. Puis c'est la fugue, le vol d'une machine à écrire et le commissariat. Ses parents, ne voulant plus de lui, le confient à l'« Éducation surveillée ». Un juge pour enfants le place alors dans un Centre d'observation où on le prive même de la visite de son ami René. Profitant d'une partie de football, Antoine s'évade. Poursuivi, il court à travers la campagne jusqu'à la mer.

La spirale dans laquelle le jeune Antoine s'enfonce est décrite avec sensibilité mais aussi avec fermeté. Elle est rendue d'autant plus touchante que le film montre parallèlement la constante bonne volonté maladroite du héros. Le spectateur s'identifie aisément à Antoine Doinel, avec lequel Jean-Pierre Léaud, acteur débutant semble se confondre totalement. Le désarroi affectif et la fuite en avant de l'adolescent sont de toutes les époques.

  • francois truffaut
    François Truffaut


  • les 400 coups

Distribution

  • Jean-Pierre Léaud : Antoine Doinel
  • Claire Maurier : Gilberte Doinel
  • Albert Rémy : Julien Doinel
  • Patrick Auffay : René Bigey
  • Georges Flamant : M. Bigey
  • Yvonne Claudie : Mme Bigey
  • Armand Coppello : « Petit peu »
  • Guy Decomble : « Petite feuille », l'instituteur
  • Richard Kanayan : l'élève hirsute
  • Bernard Abbou : Abbou
  • François Nocher : un délinquant
  • Daniel Couturier : Bertrand Mauricet
  • Renaud Fontanarosa : un élève
  • Michel Girard : un élève
  • Henry Moati (Serge Moati) : un élève
  • Gérard Van Ruymbeke : un enfant
  • Jean-François Bergouignan : un enfant
  • Michel Lesignor : un enfant
  • Robert Beauvais : le directeur de l'école
  • Jacques Monod : le commissaire de police
  • Claude Mansard : le juge pour enfants
  • Pierre Repp : le professeur d'anglais
  • Henri Virlogeux : le gardien de nuit
  • Marius Laurey : l'inspecteur Cabanel
  • Luc Andrieux : le professeur de gym
  • Jeanne Moreau : la femme au chien dans la rue
  • Jean-Claude Brialy : le dragueur qui suit la femme au chien
  • Christian Brocard : le « preneur » de la machine à écrire
  • Laure Paillette : une commère
  • Louise Chevalier : une commère
  • François Truffaut : un homme à la fête foraine
  • Philippe de Broca : un homme à la fête foraine
  • Jacques Demy : le policier au commissariat qui dit « Le carrosse est arrivé »
  • Charles Bitsch : un policier au commissariat
  • Jean Douchet : l'amant de Gilberte
  • Jean-Luc Godard (voix)
  • Jean-Paul Belmondo (voix) à l'imprimerie
  • Jacques Audiberti
  • Jean Constantin
  • Jacques Doniol-Valcroze
  • Marianne Girard
  • Simone Jolivet
  • Jacques Laurent
  • les 400 coups

Distinctions

Récompenses
  • Jean-Pierre Léaud : Antoine Doinel
  • Festival de Cannes 1959 : Prix de la mise en scène
  • Grand prix Fémina belge du cinéma
  • Prix du festival d'Acapulco
  • Prix Joseph-Burstyn du meilleur film étranger
  • Prix du meilleur film étranger décerné par la critique new-yorkaise
  • Prix Méliès 1959
  • les 400 coups

Production

Le tournage du film commence le 10 novembre 1958 et s'achève le 5 janvier 1959.

Le film est entièrement tourné en décor réel.

Les scènes dans l'appartement des parents de Doinel ont été tournées rue Marcadet. La scène du baiser entre la mère et son amant est tournée place de Clichy. La façade du Gaumont-Palace de la place Clichy apparaît dans le film quand la famille va passer une soirée au cinéma. Les scènes chez René, l'ami d'Antoine, sont tournées rue Pierre-Fontaine dans le 9ème dans l'appartement de Claude Vermorel. La séquence où Doinel rapporte la machine à écrire est tournée rue Hamelin dans les locaux de l'entreprise d'Ignace Morgenstern, le beau-père de Truffaut. Les séquences au centre d'observation des mineurs ont été tournées au moulin d'Andé, une propriété en bord de Seine près de Saint-Pierre-du-Vauvray. La séquence finale sur la plage a été tournée à Villers-sur-Mer.

La scène où Antoine se nettoie le visage dans une fontaine a été tournée à l'église de la Trinité, place d'Estienne-d'Orves, dans le 9e arrondissement de Paris. Les scènes extérieures devant le domicile des parents d'Antoine ont été filmées place Gustave-Toudouze, à l'intersection de la rue Henry-Monnier et de la rue Clauzel. Des plans ont été tournés quelques mètres plus loin, au coin de la rue Henry-Monnier et de la rue Notre-Dame-de-Lorette, également dans le 9e arrondissement de Paris.

Dans le générique, les auteurs du film remercient Claude Vermorel, Claire Mafféi, Suzanne Lipinska, Alex Joffé, Fernand Deligny, Claude Véga, Jacques Josse, Annette Wademant, l'École technique de photographie et de cinématographie, Jean-Claude Brialy et Jeanne Moreau (qui fait une brève apparition). Le film est en outre dédié à la mémoire d'André Bazin, mentor du cinéaste décédé un an avant la sortie en salles, au lendemain du commencement du tournage.

Dans le générique, au moment où il est écrit scénario de François Truffaut, la caméra passe Place d'Iéna dans le 16e arrondissement de Paris, nous apercevons la statue équestre de Washington juste avant d'apercevoir le haut de la Tour Eiffel. Ce point de vue sur la tour n'est plus visible aujourd'hui puisqu'un immeuble a été construit à côté de l'immeuble que l'on voit dans le film.

Le film est entièrement post synchronisé à l'exception de la scène avec la psychologue qui a été tournée en son direct.

  • les 400 coups

Sortie et accueil

À sa sortie en juin 1959, le film a été vu par 450 000 personnes.

  • les 400 coups


  • les 400 coups


  • les 400 coups


  • les 400 coups


  • les 400 coups


  • les 400 coups


  • les 400 coups


Retour haut de page Direction page d'accueil